Un plan pour créer un meilleur environnement d'affaires pour tous les festivals et évènements au Canada

Un plan pour créer un meilleur environnement d'affaires pour tous les festivals et évènements au Canada

Publié le 11 novembre 2018

Ce plan propose de « les garder sécuritaires », de « soutenir leur croissance » et de « miser sur la création ». Il expose dans chacune de ces dimensions les défis auxquels ils sont confrontés et énumère des actions à prendre.

Consulter le plan

Consultation prébudgétaire: FAME demande un meilleur environnement d'affaires pour l'industrie des festivals et des événements majeurs

Festivals et événements majeurs Canada (FAME) a soumis un mémoire dans le cadre des consultations pré-budgétaires à Ottawa dans lequel l'association demande un meilleur environnement d'affaires pour l'industrie des festivals. Cette proposition s’appuie sur trois piliers qui aideront le Canada à être compétitif dans un marché international en croissance. FAME invite le gouvernement du Canada à les garder sécuritaires, à soutenir leur croissance et à miser sur la création.

  1. Sécurité : La menace terroriste ressentie partout dans le monde oblige les festivals et événements à prendre les mesures nécessaires, ce qui représente une augmentation signi cative des coûts, qui ne peuvent être défrayés par la commandite ou autrement.
  2. Croissance et compétitivité : La disparition des commandites des tabatières et de programmes fédéraux — tout comme l’absence de sources dédiées de financement — a ralenti la croissance de l’industrie et affecté sa capacité de faire compétition à d’autres juridictions dans le monde afin d’attirer les touristes internationaux. FAME veut s’assurer que l’industrie soit en mesure d’attirer ces touristes dans un marché en pleine croissance.
  3. Culture : Alors que le nombre d’événements au Canada s’est accru, les budgets des programmes qui bénéficient à l’industrie n’ont pas été augmentés depuis près de 10 ans. Cela crée une forte pression sur les programmes qui ne répondent plus à la demande.

En étant la seule organisation pancanadienne exclusivement constituée de festivals et événements au pays, FAME se fait la porte-parole de l’industrie. Ceci étant, sa réflexion s’élargit à l’ensemble des festivals et événements, de toutes tailles et de partout. Petits et grands événements sont tous également concernés par la croissance, la sécurité et la reconnaissance de leur apport à la vitalité culturelle.

Lire le mémoire


Étude d’impact économique pour 17 événements majeurs canadiens : rapport final

Une grande étude d’impact économique pour 17 événements majeurs canadiens

Une nouvelle étude d’impact économique réalisée chez 17 événements majeurs canadiens donne encore plus de pertinence et d’actualité à la demande que fait FAME de créer, au gouvernement fédéral, un programme dédié à la croissance de l’industrie événementielle.

L’étude de KPMG évalue qu’un groupe de 17 événements ont généré ensemble des retombées économiques de 290,8 M$ (valeur ajoutée aux prix du marché). Ce calcul est établi sur la base de dépenses admissibles (d’opération et touristiques) de 396,4 M$. L’étude estime que les 17 événements ont créé ou maintenu l’équivalent de 4 606 emplois (équivalent à temps plein) et produit des revenus fiscaux de 66,6 M$ (49,3 M$ pour le gouvernement du Québec, 17,3 M$ pour le gouvernement du Canada).

L’étude, faite par KPMG à la demande du Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI), portait notamment sur neuf membres de FAME et conclut aussi que le gouvernement du Canada récupère 1,78 fois sa mise, sous forme de taxes et impôts, lorsqu’il investit dans les événements.

Consulter le rapport final

Les 17 événements qui ont participé à l’étude agrégée sont : le Carnaval de Québec, la Coupe Rogers présentée par Banque Nationale, le Festival d’été de Québec, le Festival International de Jazz de Montréal, le Festival Juste pour rire, le Festival de Lanaudière, le Festival Mode et Design Montréal, le Festival Montréal en Lumière, le Festival Western de St-Tite, Fierté Montréal, les Francos de Montréal, Igloofest, L’International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu, L’International des Feux Loto-Québec, OSHEAGA — Festival Musique et Arts, les Grands Feux Loto-Québec et les Régates de Valleyfield.


Grands festivals et événements canadiens : une étude d'impact économique

En 2009, la Coalition des festivals Canadiens  a commandé un rapport pour mesurer l’importance de l’impact économique résultant des activités de 15 bénéficiaires du fonds de relance du Programme des manifestations touristiques de renom (PMTR).

  1. Des millions de personnes assistent aux plus grands festivals et événements chaque année.
    • On estime à 12,6 millions le nombre de visites aux 15 plus grands événements canadiens.
    • 3,3 millions de visites ont été effectuées par des touristes, dont 1 million par des visiteurs étrangers.
  2. Ces événements ont généré plus de 1 milliard $ en nouvelles dépenses.
    • On estime à 780 millions $ les dépenses des touristes ayant visité les 15 plus grands festivals et événements canadiens.
    • À cela s’ajoute 300 millions $ en dépenses de fonctionnement locales liées aux événements.
  3. Les dépenses engagées lors des événements ont gonflé de 650 millions $ le PIB des économies locales.
    • Ce montant découle du tourisme et des dépenses de fonctionnement.
    • En moyenne, la contribution d’un grand festival au PIB local est de 43,2 millions $.
  4.   Les dépenses génèrent de l’emploi et des revenus de taxation.
    • Ces dépenses dans les grands festivals ont permis de créer l’équivalent de 15 600 emplois à temps plein.
    • Elles ont permis de générer 283 millions $ en recettes fiscales pour les trois paliers de gouvernement.

Des retombées économiques mesurables

Festivals et événements majeurs du Canada (FAME) est voué à faire reconnaître l’importance du secteur des festivals et des grands événements pour l’économie canadienne et à démontrer sa contribution directe à l’industrie du tourisme.

Les membres de FAME cherchent à créer une société de capital-risque avec le secteur public qui permettra de tirer de meilleurs revenus de nos activités et de stimuler le recrutement de nouveaux commanditaires. Cela facilitera l’expansion de nos festivals et événements, permettra d’améliorer leur programmation ainsi que les initiatives de promotion. En aucun cas, cet argent servira à alimenter les budgets de fonctionnements actuels.

Nos recommandations en matière de financement reflètent les défis et les opportunités auxquels fait face notre industrie et sont cohérents avec les efforts du gouvernement visant à augmenter les revenus grâce à des investissements stratégiques ayant des retombées économiques mesurables.

Un investissement qui rapporte

Bien que de courte durée, le Programme des manifestations touristiques de renom (PMTR) a démontré son efficacité. En deux ans, le programme d’investissement de 100 millions $ a insufflé une nouvelle vie à notre secteur d’activité, en dépit d’un ralentissement économique. Grâce à ce fonds de relance, les festivals et événements ont pu nouer des partenariats, obtenir des fonds de contrepartie du secteur privé et étendre les efforts en marketing. Cela a eu pour effet d’augmenter la fréquentation, de créer des emplois et de générer d’importantes retombées économiques aux niveaux régional et national.

Lire le mémoire


Consultation prébudgétaire: FAME invite le gouvernement fédéral à miser sur l’industrie festivalière

Festivals et événements majeurs Canada (FAME) invite le gouvernement fédéral à accroître la productivité et la compétitivité du Canada en misant sur l’industrie festivalière et événementielle avec une partie des fonds dédiés aux célébrations du 150e. C’est là l’essentiel du mémoire présenté au Comité permanent des Finances dans le cadre de la consultation prébudgétaire, dont la période de dépôt de propositions s’est achevée le 4 août dernier.

Selon FAME, un investissement annuel de 45 millions $ dans l’industrie génèrera des recettes fiscales de 112,5 millions $ pour le gouvernement du Canada dès la première année.

« En 2011, dans son évaluation du Programme de manifestations touristiques de renom, le gouvernement du Canada concluait que celui-ci avait “répondu au besoin d’une stimulation économique immédiate pour le secteur touristique” et qu’il avait “créé d’autres retombées positives pour les bénéficiaires” », a rappelé le directeur général de FAME, Martin Roy. « Cette évaluation positive laisse entrevoir les potentielles retombées que génèrerait un programme du même genre dans le contexte actuel — où le tourisme international est en croissance comme jamais. Le Canada peut et doit saisir l’occasion d’être compétitif dans ce lucratif marché qu’est le tourisme domestique et international en soutenant l’industrie des festivals et événements majeurs », a-t-il ajouté.

Lire le mémoire